Wednesday, September 20, 2006

RE> Un accès à l'éducation payant....

J’ai commencé à rédiger un commentaire sur le blog de notre ami Ranim&Hanin mais j’ai trouvé qu’il était très long, alors je poste ma réponse ici :


Je crois qu’on est tous d’accord que l’éducation publique doit être gratuite pour le primaire et le secondaire. Pour l’enseignement supérieur la question se pose.
L’effectif des étudiants dans les établissements supérieurs public est évalué à plus de 320000 ! Celui des enseignants à plus de 15000 repartis sur plus de 150 établissements.

Il est évident que le coût des études supérieures est de loin plus élevé que celui de l’enseignement de base vu la qualification des enseignants, le coût de l’infrastructure…etc. L’état étant en charge de tout ce système ne pourra jamais assurer une qualité acceptable vu la diversité des programmes et n’oublions pas que c’est un service public ou comme partout dans le monde, ceux qui y travaillent ne sont pas forcement très motivés pour améliorer l’état des choses.

Il est clair aussi que la volonté du gouvernement est d’accroitre le nombre de diplômés universitaires, et ceci se confirme par le taux de réussite au bac qui dépasse les 50%, ce qui engendre une baisse dans la qualité et la création de filières soupapes comme le droit, science éco, gestion… pour accommoder ces nouveaux bacheliers.

Donc on arrive à un rapport qualité/prix très médiocre. L’état dépense beaucoup et pour quelques filières comme ceux mentionnés ci-dessus le diplômé se trouve dans la même situation qu’un bachelier et finit par occuper un poste d’agent de bureau ou autre qui ne nécessitait pas 4 ans d’études. C’est de la mauvaise gestion.

A mon avis rendre l’éducation supérieure payante tout en restant sous la tutelle de l’état ne résoudra pas le problème. Une solution serait que l’état se désiste complètement tout en gardant quelques institutions stratégiques comme l’ENA, les CHU et les instituts de recherches. Les autres seront privatises, et s’adapteront au marche de l’offre et la demande.

Les privés, pour se construire une réputation de qualité choisiront non pas les étudiants les plus aisés mais ceux qui passeront leur tests d’admission ou autre critères académiques. Ceci motivera les étudiants à bosser plus s’ils veulent être admis.

Les privés seront très motives pour avoir un taux élevé de placement dans les entreprises et donc ils assureront forcement une formation de bonne qualité. Même les filières et les spécialisations se feront en fonction du besoin de nos entreprises, car les privés veulent toujours assurer un travail à leurs élèves.

Reste le problème du financement pour ceux qui n’ont pas les moyens et il y a plusieurs solutions.

1) l’argent libéré par la gestion des universités devra être utilisé pour assurer des bourses aux plus démunis.

2) Les élèves admis dans les meilleures écoles n’auront aucun problème à se procurer des bourses sponsorisés par des futurs employeurs ou des prêts auprès des banques vu qu’ils ont une grande chance de trouver un travail a la fin de leurs études.

Pour les étudiants qui sont académiquement moyens, l’état doit créer des filières courtes axées sur la formation professionnelle qui donnera plus de chances a ces jeunes de trouver un boulot ultérieurement au lieu de faire 4 années de droit et galérer pour trouver un travail ou finir dans un call center.

IMHO

7 comments:

MetallicNaddou said...

j'adhère à ton idée, voilà un raisonnement qui me plait et qui tient compte de tous les aspects du problème !
Bravo Sam !

sassou said...

J'adhere aussi a ce raisonnement, il arrangerait bien tout le monde et les consequences ne peuvent etre que positives mais a mon avis pour faire accepter ce genre d'idée il va falloir y aller doucement..très doucement même..car derriere ce genre de changement il y a un changement de mentalites a faire..par exp les section courtes sont encore mal vues, certains prefereront avoir une maitrise et galerer que de faire une formation professionnelle qui pourrait leur guarantir un bon job apres 2 ou 3ans, en tout cas l'idee est brillante.

Houssein said...

Théoriquement c'est très beau tout ça :-) La main invisible du marché l'offre et la demande, etc.

Pratiquement, c'est beaucoup plus complexe :

1/ Comment s'assurer que des cursus qui ne sont pas "rentables" comme l'art et la littérature soient toujours enseignés ?

2/ Comment vérifier la qualité des formations ? Comment classer les diplômes ?

3/ Que faire des établissements qui ne peuvent survivre à la concurrence ? (système de subventions ?)

4/ Comment promouvoir un des rôles principaux de l'université : la recherche scientifique ? Subventions publiques ? Bourses de recherche ?

5/ Comment s'assurer qu'il n'y ai pas de favoritisme, d'élitisme, ou toute forme de discrimination sociale basée sur la richesse, au sein de ces établissements ?

6/ Comment faire pour que des établissements ouvrent et restent dans les régions pauvres et moins peuplées ?

Je ne crois pas qu'on peut répondre à ces questions par les lois du marché. Même aux US havre du libéralisme, l'état joue un rôle dans l'orientation et la règlementation de l'éducation supérieure. L'état ne peut pas ne pas subventionner les universités, il se doit de contrôler ce qui s'y passe : c'est un secteur stratégique pour toute la société, et le laisser aux mains du privé, sans contrôle est un risque que personnellement je ne suis pas tou à fait prêt à prendre.

ENAHOUA said...

analyse géniale des idées innoventes pour l'enseingnement en tunisie mais malheureusement impossible à appliquer vu que les sponsoring et les sociétés financant de telle études n'existe pas en tunisie et n'existerons pas vous savez pkoi? pour la simple raison que les sociétes privés ne cherche qu au gain facile en tunisie et ils s en "foutent" du reste, heureusement que l'état subi ce fardeau pour que le zawwelli continu à étudier.
haou simple anecdote sur le gain facile des sociétes pour comprendre le manfoutisme des sociéte va jusqu ou:
dans une grdes artéres de tunis il y a un nouveau immeuble moderne en construction sans aucune protection (mois de chrge moins de masrouff pour l e grd entrepreneur) une "madriya " est tombé sur un passant qui est décéder sur place: bellahi une grdes entreprises comme ca qui ne reflechis et s enfiche pour ses mains d ouvre et des passant kifech t7ebbouha elle finance les études supérieures d'un ingénieur géni-civil!!!!!!!!ce n'ai qu une anecdote veridique qui montre que nos sociétes nos hommes d affaire ne cherche que le gain facile.
on est loin de tout ca il faut reflechir à changer les mentalités des gens des sociétes des travailleurs pour avancer un peu je crois que le chemin est trés longgggggggggg

samsoum said...

@Houssein: tu poses les bonnes questions, mais je suis sur qu'il y a des réponses et l'état peut toujours garder un droit d'intervention et un Framework juridique pour réguler ce système.

Si on met des gens compétents autour d'une table, on peut arriver a une solution qui sera meilleure que la situation actuelle.

C'est peut être un risque que tu ne peux pas prendre aujourd'hui, mais vu la situation actuelle je suis sur que dans qq années tu pourras, car il n'y aura plus rien a perdre!!

Qui ne risque rien, n'a rien.

zizou from Djerba said...

Moi je pense que la situation actuelle va generer dans un avenir tres proche une education superieure privée tres competitive. Il suffit que juste un grand investissement de depart ( les universités actuelle n'ont pas assez de fond a mon avis)et que les textes juridiques suivent ( leur donner le droit d'enseigner la medecine etc...).

EL GRECO said...

San Francisco! Une ville de rêve, de Voyage et d'évasions! Profites de ce lieu béni pour vadrouiller encore et encore aux recoins de cet Etat californien et vers des cieux encore plus lointains...
Je serai certes très heureux de te coopter au sein du CIGV-USA et voilà un site anglais sur nos activités: www.cigv.com
ou un simple résumé sur Wikipedia:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Club_international_des_grands_voyageurs

& merci de ton aimable passage sur mon Blog voyageur!

@micalement

NB. au sujet de Post....je rejoins aussi l'avis de Zizou...